Téléphone : 02 51 98 46 84 - Email : contact@adn-rh.fr

L’orthographe on en parle ? (#AllYouNeedIsBLED)

 

Dictionnaire ouvert sur le bureau

SMS, E-mails, posts sur les réseaux sociaux, présentations, reportings… L’écrit est partout ! Et pourtant, malgré une pratique quotidienne, il semble que le niveau d’orthographe des français ne soit pas à son top niveau…. Désolée M’sieurs Dames. Selon les résultats du baromètre Voltaire 2015, les Français maîtrisaient 51 % des règles grammaticales et lexicales en 2010, contre 45 % en 2015. En entreprise, ils ne maîtrisent que 54 % de ces mêmes règles.

Les fautes d’orthographe ont-elles un impact en milieu professionnel ? Y accordez-vous de l’importance ? Petit tour d’horizon…

Il y a ceux pour qui ça pique les yeux…

Les fautes de grammaire, de conjugaison ou les erreurs de syntaxe… « No way » ! Selon un sondage Opinionway pour Bescherelle datant de 2019, la moitié des responsables des ressources humaines (sur plus de 200 DRH consultés) affirment qu’un niveau insuffisant en orthographe a déjà joué dans la non-sélection d’une candidature ou freiné la promotion (à 15%). Pour la chercheuse en sciences de gestion Christelle Martin Lacroux « à CV égal, celui qui contient 5 fautes ou plus a trois fois plus de risques d’être écarté ». Elle précise que « cela dépasse la simple compétence orthographique », « les recruteurs peuvent y voir un manque de respect, de politesse, ou une forme de laxisme ». En parallèle une étude du site Qapa estime que 58% des offres d’emploi comporteraient des fautes d’orthographe [Quid de l’attractivité / Marque employeur ?]. Oui, pour vous les fautes de français peuvent refléter un manque de professionnalisme et avoir un impact négatif sur la crédibilité ou l’image de l’entreprise, et donc avoir des conséquences économiques.

Puis il y a le 2ème effet Kiss Cool…

Car oui, on a tous déjà entendu dire que le français était une langue difficile…. Stendhal a même dit que « l’orthographe ne fait pas le génie ». Ce qui importe c’est d’être compris après tout, non ?… Et puis peut-on réellement se passer de certains talents en se focalisant sur l’orthographe ? Mais quel dilemme ! Bien sûr tout dépend aussi de votre fonction, mais si vous êtes journaliste, greffier, blogueur ou enseignant par exemple, on ne va pas se mentir ça a quand même son importance. Dans un article Cadremploi datant de 2019, des recruteurs précisent que, pour les profils techniques, les fautes ne sont plus éliminatoires, les marchés étant trop en tension.

Les trucs et astuces des #AuthentiquesRecruteuses

Allez on vous livre quelques conseils pour éviter les fautes : Prenez le temps de vous relire et faites-vous relire, utilisez des correcteurs orthographiques, et si vous êtes motivé.e  faites appel au Projet Voltaire pour vous entrainer ou vous évaluer. Voici aussi une petite liste de 10 erreurs les plus courantes dans les CV et lettres de motivation, à ne plus faire of course 😉 (site les chasseurs d’emploi)

Le doute subsiste toujours entre ces deux conjugaisons. La première relève du futur et la seconde du conditionnel. « J’aimerais » émet donc une hypothèse, ce qui est plus approprié dans cette situation.

Le mot entretien est souvent malmené. Bien que répandue, l’écriture « un entretient » est une erreur.

Entre les deux votre cœur balance. Pourtant, seule la formulation « à l’attention de » est correcte.

Vous avez géré de gros projets ? Vous voulez mettre en avant les chiffres obtenus ? Et bien si vous devez parler d’1 million, d’1,2 ou 1,3, 1,4 ou encore 1,8 million, même si c’est d’argent, million ne prendra pas de « s », car finalement il n’y en a toujours qu’un…

Le mot chiffre d’affaires perd souvent son « s », pourtant il s’écrit toujours de la même manière (avec le -s), qu’il soit utilisé au singulier ou au pluriel. Contrairement à… :

Ici, le ou les centres d’intérêt ne prennent jamais de « s » à intérêt.

Peu importe le contexte, pour parler au sens féminin ou masculin, dans « faire partie », partie prendra toujours un « e ».

« Suite à » votre annonce, « suite à » notre échange téléphonique… Vous devez souvent rencontrer ces phrases, et pourtant, une faute de français très courante s’y cache. La locution correcte est « à la suite de ». Faites-y attention dans votre lettre de motivation, car si vous utilisez la bonne formulation vous pourriez bien faire la différence, tellement cet impair est commis.

Même si vous possédez une multitude d’expériences ou que vous utilisez le mot « parmi » dans un tout autre contexte au pluriel, le mot « parmi » s’écrira sans « s », tout comme « malgré ».

Vous êtes souvent confronté, dans vos lettres de motivation, à des phrases dans lesquelles vous placez le COD devant le verbe. Surtout rappelez-vous que vous devez faire l’accord même si c’est le verbe avoir. L’utilisation du « que » est un bon indicateur, qui doit vous mettre la puce à l’oreille. Ici « j’ai mené » quoi ? Les missions. Donc « mener » doit être accordé à ces dernières. Il semble donc que la maitrise de la langue de Molière puisse avoir un impact sur votre carrière. L’IPSOS nous apprend d’ailleurs que plus de 80% des français seraient choqués lorsqu’ils repèrent une faute d’orthographe en milieu professionnel ou institutionnel. En faites-vous partie ?

On a juste envie de dire « muscle ton jeu Robert » ! #PetitRobert 😄.

Sophie • Les authentiques recruteuses

Suivez adn RH sur LinkedIn, Facebook, Instagram & Youtube pour ne rien rater de notre actualité !

Retour au blog

loader

Inscription newsletter

Recevez en avant première nos opportunités, nos actus et nos coups de cœur.